Laurent Garnier

  • garnier1
  • garnier2
  • garnier3
  • garnier4

Pour la première édition de Rock Island, Laurent volait au dessus du Fort d’Entrecasteaux en formation LBS, sans claviers mais en mode “live”. Entre-temps, ce pionnier de la scène électronique française a continué à prendre son bain de jouvence sur le label de Pédro Winter, comme sur ce récent Jacques In The Box bénéficiant des remixes de Brodinski & Gesaffelstein. À notre demande, “Lolo” revient aux platines pour prendre le contrôle de Rock Island avec un set en roues libres, fort en beats mais éclectique, comme il sait si bien les faire.

Il découvre les nuits Anglaises et franchit les portes du club Hacienda à Manchester ne tardant pas à jouer les premiers disques venant de Détroit et du label Underground Resistance. En Angleterre encore, il découvre les raves-party et essaie d’amener ce courant musical britannique sur la scène française. Privilégiant l’aspect musical comme vecteur d’organisation de ces fêtes, il s’éloigne de ce mouvement lorsque la drogue d’abord, puis l’argent deviennent les raisons majeures de l’organisation de ces rassemblements.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Ecoutez Laurent Garnier : www.laurentgarnier.com

LBS

La tournée de concerts «Tales of Kleptomaniac » à peine terminée, Laurent Garnier reprend la route pour une nouvelle tournée sous l’emblème « L.B.S ». 3 lettres et plusieurs significations : “Laurent+Ben+Stéphane’’ ”Live Booth Sessions” “Loud Bass & Samples ». Le jeu ne fait que commencer pour ce nouveau projet, très “club”, regroupant derrière le même pupitre Laurent Garnier (Dj & Machine), Benjamin Rippert (claviers) et Scan X (machines).

« Après 18 mois de tournée en concert avec mes musiciens, je me suis rendu compte que je prenais désormais autant de plaisir à jouer en live dans les festivals qu’en DJ dans des clubs. Durant cette période, avec le groupe, on a développé une grande liberté de jeu, d’interactivité, d’expression et d’improvisation que je pensai ne pouvoir atteindre qu’avec mes sets de Dj ».

« Il était évident qu’après une longue tournée dans les plus grands festivals, l’envie de retourner à ma base, « aux platines et aux clubs », allait être plus forte que tout. Mais l’idée de me retrouver seul avec mes deux platines me semblait étrange. Et pourquoi ne pas allier les deux? Pourquoi ne pas jouer les disques des autres en mélangeant des morceaux joués en live ? Pourquoi ne pas faire les deux en même temps en n’en faisant qu’un? Après plus de 20 ans de DJing j’avais vraiment envie d’aller plus loin. Aujourd’hui, quand je vois certains DJs j’ai l’impression qu’ils s’ennuient, qu’ils ne vibrent pas. Au fur et à mesure, l’idée de LBS s’est imposée ; tant pour me renouveler que pour offrir de nouvelles expériences aux publique des clubs ».

Depuis les cabines DJ des meilleurs clubs de la planète, L.B.S s’offre le luxe des plaisirs des deux mondes en mélangeant la versatilité et la flexibilité du set DJ et l’expérimentation des morceaux joués en live. Deux platines, un Rhodes, des claviers, pleins de machines pour des sets organiques de 4 heures non stop, improvisés, très « dancefloor ».

«J’ai surtout envie de continuer à créer et a explorer autant dans le DJing que dans le live, mais aussi d’être encore plus proche des danseurs que ce que je peux en ressentir dans les festivals. Pendant les sets live de L.B.S on va développer et peaufiner nos nouveaux morceaux devant (et avec) le public pour construire le live de demain, mais surtout tester nos morceaux en prenant notre temps. Une chose qui aujourd’hui n’est plus forcement de bon ton !!. Une chose est sûre : Le dancefloor ne ment jamais ! Avec Scan X et Benjamin on va créer en direct les futurs morceaux de la prochaine tournée et des prochaines sorties».

La tournée « L.B.S » démarre fin Octobre 2010 dans les clubs en Europe avant de continuer en 2011 sur d’autres continents. Quelques dates test au printemps 2010 ont montré la puissance de cet rencontre musicale. Les vidéos sont encore disponibles sur le net. Elle fait suite aux 18 mois de concerts donnés par Laurent Garnier dans des festivals à l’occasion de la sortie de l’album « Tales of Kleptomaniac » et qui s’achève au Grand Palais à Paris le 9 octobre 2010.

Biographie (fr)

« A dix ans, ma chambre était organisée comme une discothèque. Stroboscope, lumières d’ambiance, spots multicolores, boule à facettes, console de DJ, piste de danse. Lorsque j’allumais mes machines, des centaines d’étoiles blanches tournoyaient en un ballet cosmique sur les murs de ma chambre. La boule à facettes tournait chaque soir. Je n’avais qu’une envie : faire danser les gens. »

Laurent Garnier in Electrochoc de Laurent Garnier et David Brun-Lambert (Flammarion)

Depuis vingt-cinq ans, Laurent Garnier fait danser la planète. Ondulant derrière des platines, sautillant derrière ses machines, gigotant dans un studio radio. Artiste pluriel dont le champ d’influence et de résonnance est essentiel, Laurent Garnier est avant tout un DJ, un authentique DJ : ému par la musique, passionné par les foules en mouvement, les corps en transe, les esprits en évasion. Un chercheur de sons d’une immense culture qui gratte les bacs des disquaires, fouille les recoins d’Internet, écoute inlassablement toute la musique qu’il reçoit. La musique, cette pulsation du monde, son Graal. DJ phare de la nuit électronique, Laurent Garnier a vécu l’euphorie acid house de Manchester, a réveillé Paris de La Luna au Palace en passant par le Rex Club. Précurseur de la techno made in France dès la fin des années 1980, il a ensuite irradié la planète des meilleures ondes, des raves aux warehouses, des clubs aux festivals. Le coffret Excess Luggage résume bien en cinq CD mixés la frénésie de ce DJ globetrotter, artiste qui garde les oreilles grandes ouvertes sur les bruits du monde, les courants du moment, les sons de la jeune génération. Début 2011, Laurent Garnier était d’ailleurs le seul Français parmi les 35 DJ sélectionnés du concours de meilleur DJ de tous les temps organisé par le magazine anglais Mixmag. Ultime reconnaissance pour cet as des platines, qui offre des mixes incroyables, nourris à la techno de Detroit ou d’ailleurs, aux illuminations jazz, à la sueur disco et la chaleur house, au groove africain, aux basses jungle ou dubstep. Cet éclectisme musical est aussi le ciment de son engagement radiophonique. A l’orée des années 1990, Laurent Garnier passe derrière le micro et lance les disques à Radio FG, à Maxximum et surtout à Radio Nova dont il sera un des piliers pendant dix-huit ans. Dénicheur de raretés, sélecteur d’inédits, passeur de tendances, le DJ a trouvé dans le médium radiophonique une source d’accomplissement. Au point d’avoir créé en 2003 Pedro’s Broadcasting Basement (www.pedrobroadcast.com), sa propre webradio, ouverte jour et nuit, écoutable aux quatre coins du monde. Et comme si cela ne suffisait pas, Laurent Garnier anime depuis deux saisons l’émission hebdomadaire It Is What It Is, diffusée sur les ondes françaises (Le Mouv), belges (Pure FM), suisses (Couleur 3) et maliennes (La Chaîne 2). Artiste en mouvement, insatiable et infatigable, Laurent Garnier déborde d’envies et multiplie les projets. En plus du DJing et des émissions radio, l’homme s’est progressivement mué en producteur renommé et attendu. Ses premiers anthems (Acid Eiffel, Wake Up), bande son de l’explosion de la techno en France, ont fait place à des albums long-format, pleins, entiers, aux souffles pluriels, aux énergies fortes. Des frémissements techno de Shot In The Dark aux aspirations généreuses de Tales Of A Kleptomaniac, en passant par l’envol électronique de 30, la maturité de Unreasonable Behaviour, ou encore l’évasion visionnaire de The Cloud Making Machine. En cinq albums, Laurent Garnier a tracé un parcours remarquable et reconnu. Un parcours agrémenté d’hymnes électroniques imparables, plébiscités aussi bien par les DJ que par les danseurs (Flashback, Crispy Bacon, The Man With The Red Face, Back To My Roots, Gnanmankoudji, It’s Just Muzik). La discographie de l’artiste est indissociable de F Communications, le label qu’il a créé en 1994 avec Eric Morand, et qui a révélé des producteurs comme Mr. Oizo, St Germain, Jori Hulkkonen, AlexKid ou Scan X. Autant d’épisodes que Laurent Garnier et le journaliste-écrivain David Brun-Lambert ont narré dans le livre Electrochoc. Dans cet ouvrage biographique, paru en 2003, le musicien raconte, à travers son expérience et ses souvenirs, son épopée électronique. Véritable succès d’édition, Electrochoc a été traduit en espagnol, en allemand, en japonais, en russe et en croate et va enfin sortir en anglais en 2011 (en version digitale). Par ailleurs, Electrochoc sera la source d’inspiration d’un long-métrage de cinéma dont le scénario est en cours d’écriture. En marge de ses albums et ses maxis, Laurent Garnier est aussi devenu un metteur en son de projets cinématographiques, télévisuels et scéniques. Il a ainsi réalisé la musique du long-métrage SDF Go Home, du dessin animé Globi and the Stolen Shadows et signé, courant 2010, l’habillage sonore de l’émission télé Groland. Pour la scène, Laurent Garnier a composé des bandes-sons pour des spectacles des chorégraphes Angelin Preljocaj et Marie-Claude Pietragalla. Durant l’été 2010, le musicien a travaillé une nouvelle fois avec Angelin Preljocaj pour la musique du ballet Suivront mille ans de calme avec les danseurs du Théâtre du Bolchoï. Autant d’expériences humaines et musicales marquantes, vibrantes, qui jalonnent un parcours fait d’engagement et de passion. Derrière des platines ou le micro d’une station radio, Laurent Garnier a trouvé les moyens d’assouvir ses rêves d’enfant, d’offrir le meilleur de la musique aux danseurs, aux auditeurs. Peu à peu, le DJ s’est transformé en musicien accompli, apprécié. Sa force est d’avoir su amener sa propre musique sur scène. De l’Olympia en 1998 à la tournée de l’album Tales Of A Kleptomaniac en 2009/2010, Laurent Garnier est devenu un artiste scénique important. Défendant sa musique, sa vision, son urgence, ses improvisations. Entouré d’instrumentistes chevronnés, le musicien illumine les scènes comme le DJ ouvre mille sourires sur les dancefloors. Sa dernière tournée, une centaine de concerts sur dix- huit mois, a séduit des publics aussi différents que ceux du Nice Jazz Festival, du Festival de Benicàssim, de la salle Pleyel à Paris ou de la soirée I Love Techno à Gand. Dans la continuité de cette tournée, le concept LBS – pour Live Booth Sessions ou Loud Bass & Samples – a été lancé à l’automne 2010. Ce concept en formation resserrée se fait à trois, avec Laurent Garnier (DJ et machines), Benjamin Rippert (claviers) et Scan X (machines). Nouvel espace d’expression et d’improvisation, entre techno, jazz, house, dub, breakbeat et dubstep, ce projet de musique live marie organique et électronique, avec la flexibilité du DJ et l’intensité du live. Spécialement créé pour rencontrer l’ambiance fiévreuse des clubs, le concept LBS use les dancefloors sur des sets marathons. Cinq heures non stop ! Une nouvelle arme de Laurent Garnier pour revenir au dancefloor. Avec générosité. Au contact des danseurs. Toujours. L’histoire de sa vie. Olivier Pernot (février 2011)

Biography (en)

“By the time I was ten years old my bedroom looked like a nightclub. There were strobes, multi-coloured flashing lights, a disco ball, a DJ booth and a dance floor. When I switched on my equipment hundreds of tiny white lights would flit across my bedroom ceiling and walls. I switched on my disco ball every night. I only dreamt of one thing: making people dance.”

Laurent Garnier in “Electrochoc” by Laurent Garnier and David Brun-Lambert (Flammarion)
Laurent Garnier has been making the planet dance for 25 years. And, for all this time, his huge energy has seen him grooving behind record decks, bouncing up and down behind studio equipment and leaping around radio studios. He is a multi-faceted artist whose impact on the music scene is far-reaching. But above all he is a DJ, a true DJ: transformed by music, passionate about the crowd. Bodies move in a trance on the dance floor, minds elsewhere. Yet he is also a discoverer of old and new sounds, and has an amazingly rich musical culture. He spends most of his spare time sifting through old vinyl in record shops, following the most obscure leads on the Internet and listening to every single piece of music he is sent. Music, the pulse of our planet, is his Holy Grail. One of the pioneering DJs of the dance music scene, Laurent Garnier experienced first- hand the euphoria of the Acid House movement in Manchester. He then went on to Wake Up and shake up Paris nightlife, from La Luna to the Palace, not forgetting the Rex Club. As one of the leading lights in French dance music at the end of the 1980’s, he then spread his message across the planet, from raves to warehouse parties, clubs to festivals. The Excess Luggage 5-CD collection sums up the somewhat hectic life of this globetrotting DJ whose antennae are permanently ‘tuned-in’ to sounds from around the globe, current trends, and the music of the next generation. At the beginning of 2011 Laurent Garnier was the only Frenchman, amongst 35 international DJ’s, to be shortlisted for “best DJ of all time” by the English magazine Mixmag. The latest in a string of accolades for this ‘turntable connoisseur’ whose incredible sets use both Techno from Detroit and beyond, and mixes in hints of Jazz, sweltering Disco, heart-warming House, African grooves, and Jungle and Dubstep basslines. Musical eclecticism is at the heart of Laurent Garnier’s commitment to radio. At the beginning of the 1990’s, Laurent Garnier got behind the microphone, playing records on Radio FG, Maxximum and Radio Nova, where he remained a vital element for the next 18 years. Uncovering rare records, selecting new sounds and promoting new trends, Laurent Garnier has found a great source of satisfaction in radio broadcasting. To the point when, in 2003, he created Pedro’s Broadcasting Basement (www.pedrobroadcast.com), his own webradio that is open day and night and can be accessed across the planet. And as if that was not enough, for the last two years he has been presenting his own weekly radio show It Is What It Is which is currently broadcast in France (Le Mouv), Belgium (Pure FM), Switzerland (Couleur 3) and Mali (La Chaine 2). Laurent Garnier is an artist on the move. He is tireless in his enthusiasm and is bursting with new ideas and projects. As well as the demands of his DJ-ing and his radio shows, Laurent Garnier has also evolved into a well-respected music producer. His first big hits (Acid Eiffel and Wake Up), both soundtracks to the explosion of dance music in France, have paved the way for a series of albums that are both elaborate and multi-faceted. From the Techno undercurrents of Shot in the Dark to the ambition of Tales of a Kleptomaniac, the electronic odyssey of 30, the maturity of Unreasonable Behaviour, and the visionary escapism of The Cloud Making Machine. In the space of five celebrated albums, Laurent Garnier has embarked upon a remarkable journey. A journey marked by some incredible electronic music anthems, loved by both DJ’s and the public alike: Flashback, Crispy Bacon, The Man With The Red Face, Back To My Roots, Gnanmankoudji, It’s Just Muzik. His discography is, of course inseparable from the story of F Communications, the label that he created in 1994 with Eric Morand and which brought to the fore producers such as Mr Oizo, St Germain, Jori Hulkkonen, AlexKid and Scan X. All of this musical journey is written down in the book Electrochoc that Laurent Garnier and the journalist-writer David Brun-Lambert wrote together and came out in 2003. In this biography, Laurent Garnier tells the epic story of electronic music through his experiences and memories. Electrochoc was a publishing hit and was translated into other languages including Spanish, German, Japanese, Russian and Croatian. It is due for digital release in English in 2011. In addition, Electrochoc is the inspiration behind a screenplay that is currently being written for cinema. Aside from his albums and singles, Laurent Garnier is also a composer for the cinema, television and theatre. He wrote the music for the film SDF Go Home, the animated film Globi and the Stolen Shadows and in 2010 made the music for the French television show Groland. As for the stage, Laurent Garnier has composed the music for contemporary dance choreographers Angelin Preljocaj and Marie-Claude Pietragalla. During the summer of 2010 Laurent Garnier worked for a second time with Angelin Preljocaj composing the music for the ballet Suivront Mille Ans de Calme with the dancers from Moscow’s Bolshoi Theatre. All of these projects were wonderfully inspirational experiences that have had a huge impact upon him, both as a musician and as a human being, continuing a far- reaching career that is founded upon commitment and passion. Whether behind the decks, or a radio microphone, Laurent Garnier has managed to achieve his childhood dream: sharing the best possible music with other people. And little by little, Laurent Garnier the DJ has evolved into an accomplished musician, whose talents are widely recognised. One of his strengths is having understood how to take his own music on to the stage as live performance. From the Olympia in 1998 to the Tales of a Kleptomaniac tour in 2009/2010, Laurent Garnier has reinvented himself as an important live artist, defending his music and his vision as well as his sense of immediacy and need for improvisation. Surrounded by experienced musicians, Laurent Garnier lights up the stage like a DJ does a dance floor. During his most recent tour of about 100 concerts performed over a period of 18 months, he seduced different audiences from the Nice Jazz Festival, Benicassim, the Salle Pleyel in Paris, to I Love Techno in Ghent. Following on from the tour, the LBS concept – Live Booth Sessions or Loud Bass & Samples – was launched in the autumn of 2010. This concept has a smaller live format consisting of three people: Laurent Garnier (DJ & machines), Benjamin Rippert (keyboards) and Scan X (machines). It offers a new platform for expression and improvisation, playing with Techno, Jazz, House, Dub, Breakbeat and Dubstep. This experimental live music project marries the organic and the electronic, with the flexibility of the DJ and the intensity of the live performance. Specially created to match the feverish atmosphere of a club, LBS work the dance floor into a frenzy with marathon sets. Five hours non-stop! It is a new way for Laurent Garnier to approach the dance floor…in the same spirit of giving…in close physical and emotional contact with the dance floor….as always…it’s is the story of his life.

Dates clés (fr)

1966
• Naissance à Boulogne-Billancourt
1981
•Premières émissions radio hebdomadaires en pleine explosion des radios pirates en France
1987
• DJ des soirées Zumbar à l’Hacienda (Manchester) sous le nom de DJ Pedro
1988
• DJ des soirées Pyramid et Gay Tea Dance (Palace, Paris), Jungle (Rex Club, Paris)
1989
• DJ à l’Hacienda (Manchester), Quadrant Park (Liverpool), Frenzy (Blackpool)
1991
• Premier artiste signé sur le label Fnac Music Dance Division géré par Eric Morand – Premier maxi : Who Cares par French Connection (Laurent Garnier & Ian Bland)
1992
• DJ des soirées Wake Up (Rex Club, Paris et L’Anfer, Dijon)
1993
• A Bout de Souffle EP avec Wake Up par Laurent Garnier
• Paris EP avec Acid Eiffel par Choice (Laurent Garnier, Shazz et Saint-Germain) – Mix CD : X-Mix2
1994
• Création du label F Communications avec Eric Morand – Premier album : Shot In The Dark
• fin des soirées Wake Up
• DJ à la première édition du festival Sonar (Barcelone)
1996
• Elu meilleur DJ international par le magazine Muzik
• Mix CD : Laboratoire Mix
• Réalisation de la bande son d’un défilé du couturier japonais Kenzo
1997
• Flashback EP
• Deuxième album : 30
1998
• Victoire de la Musique – album de musiques électroniques, groove et dance de l’année – Première tournée de concerts, dont l’Olympia, Paris
• Mixe pour le final de Première Techno-parade à Paris
2000
• Troisième album : Unreasonable Behaviour
• Deuxième tournée de concerts dont Reading Festival & Leeds Festival (Angleterre)
2001
• nommé Chevalier des Arts et des Lettres
• Concert devant 80.000 personnes à Rock Wechter
2002
• DVD Laurent Garnier – Unreasonable Behaviour live
2003
• Coffret de 5 Mixs CD : Excess Luggage
• Livre Electrochoc par Laurent Garnier et David Brun-Lambert – Création la webradio Pedro’s Broadcasting Basement (PBB)
• Cinémix au Palais de Tokyo, Paris (fondation Albert Kahn)
2004
• crée pendant l’été une radio pirate à Ibiza “F.U FM”
• Tournée DJ « Music : expect the unexpected », Laurent Garnier & Jeff Mills – Concert, Coachella Festival (Etats-Unis)
2005
• Quatrième album : The Cloud Making Machine
• Compilation : Life:Styles (sélection d’artistes et de morceaux aimés)
2006
• tournée avec Bugge Wesseltoft et concert au Pont au Gard
• Compilation : Retrospective 1994-2006
• Mix CD : The Kings of Techno, Laurent Garnier & Carl Craig
• Musique pour le ballet Fire Sketch du chorégraphe Angelin Preljocaj – Cinémix, Louvre, Paris (film de Jean Epstein)
2007
• album live : Public Outburst
2008
• Back To My Roots EP sur le label Innervisions
• Musique de Sade : le théâtre des fous de la chorégraphe Marie-Claude Pietragalla
2009
• Cinquième album : Tales of a Kleptomaniac
• Tournée live festivals (I Love Techno, Creamfields, Astropolis, Eurockéennes, Werchter)
2010
• Concert, Salle Pleyel, Paris
• Tournée live festivals (Electric Picnic, Nice Jazz Festival, Paléo, Monegros, Sonar)
• Musique pour le ballet Suivront mille ans de calme du chorégraphe Angelin Preljocaj – Habillage sonore de l’émission Groland (Canal Plus)
• Projet live & mix LBS (Live Booth Sessions)
2011
•Tournée L.B.S en Asie et Amérique du Nord -DVD du concert salle Pleyel
•Elevé au grade d’Officier des Arts et des Lettres.



C’était à Rockisland 2012 !

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Retrouvez Laurent Garnier sur :
Facebook : www.facebook.com/laurentgarnierofficial
Twitter : twitter.com/laurentgarnier

Laurent Garnier sera au festival Marseille Rockisland vendredi 28 juin 2013

  • Laurent Garnier
  • Vendredi 28 juin 2013
  • Laurent Garnier
  • Marseille
  • Rockisland
  • Vendredi 28 juin 2013
  • DJ
  • electro
  • Ed Banger

Commentaires fermés

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer