Les calanques

Calanques Marseille

Le parc national des Calanques est une destination incontournable pour tout voyage en Provence et particulièrement à Marseille. Une journée ne suffit presque pas pour explorer cet atout naturel riche en minéraux et en végétation ! La magie commence à Marseille, à la calanque de Sormiou à visiter à pied. Le Must, partir en bateau pour visiter d’autres calanques d’où l’on prend vraiment la mesure des énormes rochers qui s’élèvent dans les eaux turquoises. Ensuite, c’est le départ pour La Ciotat où vous pourrez terminer la journée par la charmante crique du Petit Mugel. En route, les falaises du Cap Canaille ne manqueront pas de vous captiver. Remarque : en fonction des conditions météorologiques, ce site peut être fermé à la marche en raison des risques d’incendie de forêt.

S’étendant sur 20 kilomètres entre Marseille et Cassis, le Parc National des Calanques promet aux visiteurs des vacances passionnantes et inoubliables. Paradis des randonneurs, le parc regorge de précieux trésors naturels.

Les Calanques, un site exceptionnel

Bienvenue dans la merveille la plus naturelle de la Provence. Anciennes vallées submergées par la mer Méditerranée il y a 10 000 ans, les Calanques sont d’éblouissantes falaises de calcaire blanc parsemées de fissures et d’éboulis qui offrent un contraste saisissant avec les eaux bleu azur qui se trouvent en dessous. S’étendant sur 20 kilomètres entre Marseille, Cassis et La Ciotat, le Parc National des Calanques offre un relief varié, érodé et sculpté par le vent et la mer. Ici, des sommets à couper le souffle côtoient des pentes abruptes et des panoramas majestueux sur la Méditerranée qui s’étendent à perte de vue. On ne le dira jamais assez : le parc national des Calanques – le seul parc national suburbain d’Europe – englobe à la fois la terre et la mer.

Les sentiers du parc national

Les véhicules à moteur ne sont pas autorisés dans les Calanques, mais la plupart sont accessibles à pied, offrant ainsi un véritable Eden aux marcheurs et aux randonneurs chevronnés ou amateurs. Le Parc National des Calanques est un labyrinthe de sentiers caillouteux bordés d’une végétation odorante. Le plus connu est le GR 98-51, un sentier de 28 kilomètres qui longe la côte et monte et descend les pentes de Marseille à Cassis. Idéal pour la détente et la contemplation, les différents sentiers sont traversés par des eaux cristallines, idéales pour un bain rafraîchissant en été en communion avec la nature.

Flore et faune des calanques

Situés dans le climat le plus sec de la Méditerranée, les Calanques se caractérisent par leur nature aride. Cette particularité n’a pas empêché un écosystème exceptionnel et rusé de s’y épanouir : la végétation glisse ses racines dans tous les recoins des rochers. Le Parc National des Calanques abrite 1 600 espèces végétales, dont 32 sont protégées au niveau national et 40 au niveau régional. Parmi elles, le très rare tartan provençal, ainsi que la salicorne des rochers, le myrte, le romarin, le chêne kermès et les pins d’Alep. Sur le plan de la faune, les Calanques abritent pas moins de 25 espèces d’oiseaux protégées, dont le magnifique aigle de Bonelli.

Les fonds marins

Les fonds marins du parc regorgent également de trésors et ont été initialement protégés par le « Comité de Défense des Calanques » dès 1923. Les mesures de conservation ont été renforcées en 2012 avec la création du parc national strictement réglementé. Ce joyau naturel offre un environnement propice à une vaste prairie de posidonies, qui sert à la fois de pépinière et d’abri pour la faune marine locale. Plus loin en mer, vous pourrez même rencontrer des grands dauphins, des rorquals communs et des tortues caouannes ! Les oursins épineux se frayent un chemin lentement à travers la posidonie herbeuse, se nourrissant au fur et à mesure. Le mérou brun, qui naît femelle et devient mâle après environ 12 ans, fait également une réapparition bienvenue sur les fonds marins.

Un patrimoine historique et culturel

Les Calanques ont été une source précieuse de nourriture et de matières premières pour l’homme depuis la préhistoire. Découvertes en 1991, les peintures rupestres qui ornent la grotte de Cosquer, à 37 mètres de profondeur, témoignent de la présence passée des hommes des cavernes dans les criques. Dotées de plusieurs ports, dont Montredon et Port-Miou, les Calanques sont devenues une plaque tournante de la pêche au thon dès le 1er siècle après J.-C. Plus tard, les pêcheurs marseillais y ramaient leurs barques de bois (alias les pointus) pour pêcher daurades, calmars, soles et homards. Cette activité traditionnelle reste un élément intrinsèque de l’identité de la ville, comme en témoignent les nombreuses anciennes cabanes de pêcheurs (cabanons) qui bordent les Calanques de Sormiou, de Morgiou, Les Goudes et de Callelongue.