Marseille, le vieux Port

Vieux Port Marseille

Dominé d’un côté par le Panier (Vieille Ville) et de l’autre par Notre Dame de la Garde, le Vieux-Port est le cœur de Marseille depuis plus de 2000 ans.

Et aujourd’hui encore, le Vieux-Port est un lieu de prédilection pour les habitants et les touristes, qui y flânent, boivent, mangent, se disputent, tombent amoureux, achètent (ou vendent) du poisson, écoutent de la musique, vendent des lunettes de soleil et, d’une manière générale, traînent et profitent de la vie.

De plus, le centre-ville a subi une transformation majeure en 2013, lorsque Marseille est devenue capitale européenne de la culture. Le résultat a été de faire du Vieux-Port un lieu encore plus social.

Un peu d’histoire

Marseille a été fondée comme port de commerce en 600 avant J.-C. par les Grecs de Phocaea en Asie Mineure – qui fait maintenant partie de la Turquie – ce qui en fait la plus ancienne ville de France. Elle porte encore aujourd’hui le fier surnom ancien de La Cité phocéenne.

À l’époque, la région était habitée par un peuple celto-ligure. Selon un récit raconté par le philosophe grec Aristote et l’historien romain Justin, Protis, un jeune marin grec qui explorait la côte, débarqua dans la baie et fut aussitôt invité à un banquet par le chef ligure local.

Il se trouve que le but du banquet était de permettre à Gyptis, la fille du chef, de choisir un compagnon. Elle a eu le coup de foudre pour le nouveau venu grec, et ils se sont mariés. Sa dot était un morceau de terre où se trouve aujourd’hui Marseille. C’est un mythe romantique, mais aussi un mythe emblématique. Cette ville a une très longue tradition d’accueil et d’assimilation des immigrés et des nouveaux arrivants, et elle se poursuit encore aujourd’hui.

Le port est devenu romain, puis médiéval, et s’étend le long de la côte nord. En 1666, sur ordre de Louis XIV, la ville commence à se développer vers le sud et deux forteresses sont construites de chaque côté de l’entrée du port. La Canebière, le plus célèbre boulevard de Marseille, est également inaugurée à cette époque.

Le Pont Transbordeur  a été ouvert en 1905. Il est devenu un élément emblématique de la ligne d’horizon de Marseille. Mais il a été affaibli par les bombardements nazis en 1944 et a dû être détruit après la Seconde Guerre mondiale. De temps en temps, la ville fait du bruit pour construire un nouveau pont, mais rien n’a encore été dit à ce sujet !

Aujourd’hui, le vieux port, qui ne fait que six mètres de profondeur, ne peut plus accueillir le trafic maritime commercial et le défilé des grands bateaux de croisière qui arrivent chaque jour pendant l’été. Ceux-ci entrent et sortent du port de Joliette, situé à proximité.

Le Vieux-Port est aujourd’hui le plus grand des ports de plaisance de la ville, avec des milliers de postes d’amarrage. Les bateaux de pêche traditionnels, ou pointus, rivalisent d’ingéniosité avec les yachts de luxe, une poignée de grands voiliers et des vedettes à moteur communes ou de jardin.

Que voir, que faire sur le Vieux-Port ?

Le Vieux-Port, en forme de U, est bordé de restaurants et de cafés : les premiers sont pour la plupart installés le long du quai nord du Port et les seconds le long du quai sud de Rive Neuve. Toutefois, un groupe de bars a récemment vu le jour sur le quai du Port.

Le côté le plus court du port n’a cessé de changer de nom au fil des siècles. Depuis 2000, il s’appelle, de façon un peu confuse, le quai de la Fraternité du côté le plus proche du port et le quai des Belges du côté le plus proche de la ville.

C’est là que se trouvent les navettes de bateaux vers le Château d’If, vers la Pointe Rouge et vers l’Estaque ainsi que les compagnies maritimes proposant des excursions vers les calanques. Le matin, il y a un petit marché aux poissons très animé.

En 2013, ce tronçon du Vieux-Port est devenu semi-piétonnier dans le cadre d’un grand projet de réaménagement conçu par l’architecte britannique Norman Foster pour ouvrir l’espace aux bars et restaurants, aux vendeurs et aux événements publics. Norman Foster favorise la création d’un auvent dans le Vieux-Port de Marseille. Une partie de l’extrémité sud est protégée par un grand auvent en acier inoxydable, très photogénique, avec des miroirs, c’est un lieu de prédilection pour les selfies.

Un service de ferry traverse le port toutes les quelques minutes entre l’Hôtel de ville sur le quai du Port et le Bar de la Marine sur le quai de Rive Neuve. C’est un raccourci pratique pour traverser le port – même s’il n’est pas souvent en service ! Le trajet est payant.

La Canebière, principale artère de Marseille, est perpendiculaire au quai des Belges. Construite en 1666, son nom vient de canebe, un mot provençal qui désigne le chanvre cultivé dans la zone portuaire et utilisé pour fabriquer les gréements des navires. Inévitablement, les marins britanniques appelaient la rue « can o’ beer ». Ce boulevard est devenu le centre glamour de la vibrante société de cafés de Marseille : au XIXe siècle, la ville comptait plus de 280 cafés.

De nombreux grands hôtels le long de la Canebière accueillaient les voyageurs de commerce et les touristes fortunés qui passaient par le port, qui était alors le plus grand de la Méditerranée et la porte de l’Orient. On peut encore voir certaines de ces somptueuses façades sur la Canebière. L’une des plus belles est l’ancien Grand Hôtel du Louvre et de la Paix au n° 53 (aujourd’hui un magasin de vêtements C&A). Ses quatre caryatyds représentent les quatre continents d’Europe, d’Asie, d’Afrique et (mis ensemble) les deux Amériques. Mark Twain y a passé la nuit et les frères Lumière ont organisé une première projection publique de leurs films.

L’ancien Grand Hôtel, au numéro 26-28 (aujourd’hui un commissariat de police), est également à voir. Laurel et Hardy ont également séjourné sur la Canebière lors de la réalisation d’un film à Marseille (vraiment !) en 1951.

Aujourd’hui, beaucoup de ces cafés et presque tous les hôtels de la Canebière ont fermé et la rue est devenue plutôt déserte. Cependant, un nouvel hôtel-restaurant quatre étoiles Mercure a ouvert ses portes et la partie inférieure du boulevard du Vieux-Port est devenue piétonne. L’ensemble de ces innovations devrait certainement égayer le quartier.

Et les choses s’animent vraiment ici le dernier dimanche de chaque mois. Ce jour-là, la Canebière est piétonne pour faire place à une grande fête de rue. Des dizaines d’activités gratuites sont proposées : défilés, spectacles, musique, cinéma, marché provençal, jeux pour les familles, camions-gourmands et toutes sortes d’autres choses.

La plupart des activités se déroulent entre 11h et 17h et plusieurs milliers de visiteurs y assistent. Les conducteurs, notez qu’un certain nombre de rues des environs sont fermées à la circulation ces jours-là. Cette fête, richement subventionnée, a pour but de revitaliser le centre de Marseille. Elle se déroule tous les mois, sauf en juillet et août en été et en décembre et janvier en hiver.

En descendant une rue latérale sur la droite en haut de la Canebière (par la banque Crédit Agricole), vous pouvez découvrir l’un des meilleurs marchés de rue de Marseille, le marché de Noailles, coloré, animé et principalement nord-africain.

Une partie de ce quartier a été dévastée lorsque deux vieilles maisons de la rue d’Aubagne se sont effondrées en novembre 2018, tuant huit personnes. Mais la tragédie n’a pas éteint l’esprit communautaire.

Tout près de la Canebière se trouve également l’Opéra, construit en 1787 mais rasé par un incendie en 1919 qui n’a laissé intacts que les murs principaux et la colonnade néo-classique ; la façade avant et l’intérieur ont été reconstruits dans le style Art Déco. L’extérieur de l’Opéra a été restauré de manière étincelante, bien que l’intérieur ait besoin d’une restauration complète ; lorsqu’il sera terminé, il sera magnifique. La compagnie a un programme spirituel, qui comprend de nouvelles commandes ainsi que les habituels favoris populaires. L’Opéra est également le siège du Ballet de Marseille. Le premier mercredi de chaque mois à midi, un petit spectacle théâtral est mis en scène devant l’Opéra de Marseille par la compagnie Sirènes et Midi Net pour coïncider avec le test mensuel de la sirène d’alerte de la ville.

Le Cours d’Estienne d’Orves, tout proche, a connu de nombreuses incarnations. Du XVIe au XVIIIe siècle, toute la région était une série de hangars à bateaux connus sous le nom de Les Arcenaulx où les esclaves construisaient et aménageaient des galères. Au XIXe siècle, il est devenu un joli canal très fréquenté par les artistes et les pêcheurs, mais il a été comblé en 1927. Dans les années 1960, un parking de grande hauteur inesthétique a été construit sur le site. Après une campagne menée par des militants locaux, il a été démoli à son tour en 1987 pour faire place à un parking souterrain, qui est l’un des endroits les plus pratiques pour se garer au centre-ville. En surface, le Cours d’Estienne d’Orves est aujourd’hui une zone piétonne où l’on trouve des boutiques de mode chic comme Agnès B, de nombreux restaurants et bars et, parfois en hiver, une patinoire.

Tout au bout du quai de Rive Neuve, près du Fort Saint Nicolas, se trouve le principal théâtre de Marseille, La Criée, un bâtiment adapté de l’ancien marché couvert aux poissons de la ville (la façade, avec sa grande baie vitrée en arc, est d’origine).

La sardine qui bloquait le port de Marseille

Avez-vous entendu l’histoire de la sardine qui bloquait le port de Marseille ? En fait, le coupable était une Sartine, avec un « t » – un navire nommé d’après Antoine de Sartine, le secrétaire d’État à la Marine française sous le roi Louis XV. Bien qu’on lui ait garanti un passage sûr vers Marseille, la Sartine a été, par malentendu, attaquée par un navire britannique le 1er mai 1780. Il s’est échoué à l’entrée du port, provoquant l’arrêt du trafic maritime. Toujours friands d’exagération, les Marseillais n’ont pas pu résister à la tentation supplémentaire de ce jeu de mots presque parfait.

Manger un morceau, boire un verre …

Comment s’y rendre : Métro ligne 1 (arrêt : Vieux Port).

Où manger et boire : Sur et juste derrière le quai du Port, On Dine et Vinonéo sont recommandés. Pour les fruits de mer, rendez-vous chez Roger au 28 quai du Port. Le Relais 50, le restaurant de l’Hôtel La Résidence do Vieux Port, est également réputé pour sa cuisine locavore (d’origine locale).

Pour ceux qui ont les poches bien remplies, Le Miramar est réputé depuis longtemps pour sa bouillabaisse (très chère), tandis que le superchef marseillais Lionel Lévy dirige le restaurant gastronomique de l’InterContinental Hôtel Dieu, cinq étoiles. Il a une étoile au Michelin, tout comme le restaurant Une Table, au Sud, qui nous semble un peu surestimé.

La Caravelle et La Samaritaine sont les bars incontournables. Si vous êtes sur le quai de Rive Neuve, essayez Les Arcenaulx pour un thé ou un repas dans une salle à manger relaxante, tapissée de livres (ne manquez pas l’exposition de vieilles photos des arsenaux à l’entrée de la librairie voisine) et le Bar de la Marine, ancien repaire de Marcel Pagnol, pour un pastis. Sur la Canebière, Torréfaction Noailles est un lieu de détente avec café, thé et glace.