Marseille aéroport propose les tests rapides de Covid

test covid Marseille

L’industrie aérienne espère que les tests antigènes rapides dans les aéroports pourraient être une solution pour lever les obstacles tels que les quarantaines.

L’aéroport de Marseille est devenu le premier en France à proposer de nouveaux tests rapides de détection des coronavirus à antigènes qui donnent des résultats en un quart d’heure environ.

Les aéroports de Paris et de Nice se préparent également à proposer ces tests dans les prochains jours.

Un test juste avant le voyage

On espère que les nouveaux tests renforceront la confiance dans l’industrie aérienne, en facilitant les voyages dans les pays où les tests sont négatifs, mais aussi en rassurant les pays de destination sur le fait que les voyageurs ne sont pas porteurs du Covid-19.

En effet, les tests peuvent être effectués immédiatement avant le voyage, et il est largement reconnu qu’il est peu probable que les passagers attrapent le virus dans un avion grâce aux systèmes de filtration d’air efficaces à bord. Ils sont également beaucoup plus pratiques que le test PCR standard qui doit être effectué en laboratoire et dont les résultats ne sont disponibles que dans un délai d’environ trois jours.

L’industrie aérienne espère que l’adoption et la reconnaissance à grande échelle des nouveaux tests pourraient persuader des pays comme le Royaume-Uni de supprimer les exigences de quarantaine.

Des tests covid gratuits

À Marseille, les passagers en partance peuvent déjà passer l’un des tests, qui y sont proposés gratuitement.

Certains passagers profiteraient de ce test, non pas parce que leur pays de destination l’exige, mais pour se rassurer qu’ils ne transmettront pas le virus à des parents dans les pays qu’ils visitent.

Selon l’autorité sanitaire régionale, qui organise les tests à Marseille, il peut être juridiquement compliqué d’exiger des passagers qu’ils passent un test, mais c’est une autre nouvelle « arme » dans la lutte contre la transmission du Covid-19.

Les nouveaux tests n’ont été autorisés que récemment en France, mais on espère qu’ils seront largement disponibles auprès des médecins, des infirmières et des pharmacies.

En effet, deux sociétés, l’une de Singapour et l’autre de Suisse, font la promotion d’un « passeport Covid » numérique basé sur une application téléphonique appelée AOK Pass qui indiquerait, par la lecture d’un code-barres, que vous avez subi un test Covid négatif. Toutes les informations personnelles sur la personne seraient gardées confidentielles.

Le système est soutenu par International SOS, la plus grande société de services de santé et de sécurité au monde, et la Chambre de commerce internationale, un organisme qui se décrit comme « la voix des entreprises mondiales ». Ils espèrent que l’application sera reprise au niveau international et reconnue par les aéroports de partout.

Il est toujours important de porter un masque FFP2

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le port du masque facial est devenu habituel et omniprésent, tant dans les hôpitaux que dans la société. Cependant, le grand public consomme des masques chirurgicaux ou des masques filtrants (FFP) sans toujours réellement tenir compte de leur spécificité.

Pourquoi y a t-il eu une pénurie en début de pandémie ?

L’utilisation raisonnable des masques a été renforcée par la note de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée le 19 février 2020, qui précisait les indications de port de masques comme suit : dans le contexte du stade 3 d’une épidémie (circulation active du virus) et pendant une période de difficulté d’approvisionnement en masques, voire de pénurie de masques, une priorisation de la distribution de masques respiratoires (masques chirurgicaux notamment) peut être envisagée afin de privilégier la protection des professionnels de santé et des autres personnels, en assurant la continuité de la prise en charge des patients dans les établissements sanitaires et sociaux et en ville.

Les masque FFP2 sont les plus filtrants

Les masques FFP2 sont des « masques filtrants » telles que définies en Europe par la norme EN 149. Ces filtres mécaniques sont utilisés dans ce que l’on appelle techniquement des « respirateurs », et plus communément des « masques FFP ». Bien que semblables aux masques KN95 ou N95, les masques FFP2 ont des caractéristiques distinctes et suivent une norme réglementaire différente ; vous pourrez en savoir plus sur ce site internet.

Les masques FFP2 sont considérés comme des équipements de protection individuelle (EPI), car ils protègent la personne qui les porte contre les particules telles que les gouttelettes de poussière, les particules et les aérosols.

Ce masque est normalement utilisé dans la construction, l’industrie pharmaceutique, l’industrie du verre, la fonderie ou l’agriculture. Il filtre efficacement les produits chimiques en poudre. Il peut également protéger contre les virus respiratoires comme la grippe aviaire, le Covid-19 ou le SRAS.