Marseille et le couvre-feu

Marseille et le couvre-feu

Dans une ville aussi turbulente que Marseille, un couvre-feu estival peut être considéré comme un affront. L’été est le moment où les Marseillais vivent en plein air. De mai à septembre, un apéro après le travail peut facilement s’étirer jusque tard dans la nuit. Et le week-end, tout est permis. Avec l’arrivée des beaux jours, la deuxième ville de France a commencé à souffrir d’un couvre-feu en début de soirée, en place depuis octobre. Mais mercredi, il y a eu un peu de répit, le couvre-feu national de la nuit étant passé de 21 heures à 23 heures.

Les places du centre-ville où les Marseillais viennent jouer – le Cours d’Estienne d’Orves, le Cours Julien et la Plaine – se sont remplies de fêtards ravis de sortir après le coucher du soleil. Autour du Vieux Port de Marseille, des foules joyeuses ont convergé vers les bars, les cafés à chicha et les restaurants. Sur la corniche, les joggeurs profitent de la fraîcheur du crépuscule. Le rap aux accents du sud qui fait la réputation de la ville s’échappe des voitures qui passent.

Alors que le soleil plongeait sous la Méditerranée, le Vallon des Auffes, ancien port de pêche et lieu d’apéro très apprécié, résonnait du bavardage des dîneurs sirotant du rosé provençal et des restaurateurs reconnaissants de les revoir. « Tous les sons de notre ancienne vie reviennent », a déclaré un résident. « On peut sentir que la ville recommence à bourdonner ».

Dans un bar à tapas, le patron darde entre les tables perchées au bord de l’eau. « Nous sommes complets ce soir et pendant le week-end », dit-il en servant des assiettes de beignets de pois chiches, appelés panisse. « Notre ville est de retour. »

Plus tard dans la soirée, le patron du restaurant voisin, un ancien chef connu pour ses pizzas, a comparé l’atmosphère à celle qui régnait lorsque Marseille est sortie de son premier couvre-feu Covid-19 l’année dernière. « C’était assez festif ce soir, mais c’était plus réservé que l’année dernière », a-t-il déclaré. « C’est comme si les gens n’arrivaient pas à croire que cela se passe après une si longue période de couvre-feu. Les gens mangent tard dans le sud et le maintien du couvre-feu à 23 heures fait que nous perdons encore des clients, mais c’est quand même un bon début. »

À l’autre bout de la ville, dans le Quartiers Nord, les cinéphiles sortent en masse du cinéma Alhambra, un repère marseillais datant des années 1920 et un repaire d’enfance du réalisateur Robert Guédiguian, dont les films grinçants sur sa ville natale ont été salués par la critique internationale. Plusieurs personnes ont rejoint la file d’attente pour un pastis au bar en plein air situé de l’autre côté de la rue, tandis qu’un groupe de musiciens locaux s’installait pour un concert improvisé. « Les gens considèrent cet endroit comme une extension de leur maison pendant l’été », a déclaré le directeur du cinéma.

Le cinéma d’art et d’essai Alhambra est connu pour son engagement auprès des écoles locales et des jeunes de certains des quartiers les plus défavorisés de Marseille. « Nous sommes impatients de reprendre notre programmation scolaire après cette longue fermeture », a déclaré son directeur. Il a noté que les chiffres d’audience globale du cinéma ce mois-ci étaient plus élevés que pendant la même période il y a deux ans. « Il est clair que les gens ont envie de vivre un moment collectif après en avoir été privés pendant des mois ».

Le couvre-feu nocturne devrait être entièrement levé à la fin du mois de juin, ce qui n’est pas trop tôt pour les restaurateurs, mais aussi pour les organisateurs des festivals et des concerts qui remplissent habituellement le calendrier estival de Marseille et de la Provence.

Jan Goossens, directeur du Festival de Marseille, est heureux que la prolongation de 23 heures de cette semaine arrive juste avant l’ouverture du festival le 17 juin. « Nous avons encore quelques obstacles liés au Covid à surmonter, notamment des problèmes de visa, mais dans l’ensemble, l’atmosphère est enthousiaste et déterminée », a-t-il déclaré. « Nous avons un festival avec de vrais artistes et un public qui se réunissent pour des événements en direct. C’est tout le contraire de 2020, une année blanche faite d’annulations et de rendez-vous manqués. »

L’année a également été difficile pour les supporters du club de football local, l’Olympique de Marseille, qui n’ont pas pu encourager leur équipe depuis le début de la pandémie. Le programme de vaccination français prenant de l’ampleur, l’Olympique envisage de rouvrir le stade au public. Une bonne nouvelle dans une ville qui vit et respire le football.